En rentrant à sa maison, Heihachi était fier comme un pinson : avoir épargné son ennemi était le geste le plus noble et le plus spirituel qu'il n'avait jamais fait. Alors qu'il se servait un whisky sans glace, il remarqua soudainement qu'il avait oublié de remettre ses caleçon et pantalon restés dans la prison. Il en rigola la bistouquette à l'air, comprenant soudain pourquoi une très très vieille femme de 112 ans s'était évanouie sur son passage lors du retour. Elle avait dégringolé la pente du village, poursuivie par deux hommes qui tentèrent de la secourir, mais ce fut peine perdue. Quelle rigolade ! Décidément, Heihachi avait beacoup ri aujourd'hui ; il était de fort bonne humeur : ces petites vacances lui avaient vraiment fait le plus grand bien, même s'il n'avait pas trouvé l'amour. Mais ça serait sans doute pour la prochaine fois. Quitte de perdue tout le monde s'est retrouvé, comme dit le proverbe ! Notre héros musclé but son whisky avec une rondelle de saucisson puis s'assit dans son superbe fauteuil en cuir. Quand tout à coup ! Une explosion terrible eut lieu dans son jardin, qui souffla toute la façade ouest du mur de son salon, sa pelouse, une bonne partie de sa clôture en bois moisi et la moitié de sa cuisine dans un vrombissement cataclysmique. Heihachi, les jambes écartées, le sifflet à l'air, avait le sifflet coupé. Il termina quand même sa rondelle de whisky et posa le verre sur rien donc il se brisa sur le sol. Puis il s'alluma un cigare. La vue était superbe : tout le vallon était à portée des yeux, le soleil se couchait un peu et le vent soufflait une délicate brise sous ses testicules velues.

- Encore un coup de ce Lei Wulong, c'est certain ! se dit notre homme en soufflant avec vivifianceté la fumée de son cigare.

Un rictus se forma sur le doux visage de notre ami à tous et il mangea une deuxième rondelle de sauciflard, puis une troisième, les froncils sourcés et le regard dans le lointain. Quand tout à coup ! Il se rappela vitesse cet homme qu'il avait aperçu dans sa propriété il y a quelques jours de cela. Avec ce qui ressemblait à une bombe artisanale. Est-ce que cela aurait un lien avec cette explosion ? Non, cela ne pouvait pas être vrai. Mais après tout, pourquoi pas ? Un dieu comme Heihachi pouvait peut-être avoir plusieurs ennemis simultanément. Ca serait très plausible, sûrement en y réfléchissant pas. Mais il était tard, et notre héros fort et grand était fatigué de tout cela. Il s'endormit la rondelle à l'air sur son cuir, uniquement caressé par les étoiles indomptables et ses rondelles de saucisson. Bonne nuit bel étalon ! Et son cigare fumant tomba sur le sol, provoquant un incendie énormissime qui termina de détruire sa maison, trois autres propriétés, la moitié du patrimoine forestier voisin et fit perdre la vie à un groupe de cinq personnes qui s'étaient égarées non loin de là. Heihachi passa une des nuits les plus paisibles de son existence.

(suite)