L'herbe était verte, le ciel était bleu, le soleil était jaune et son slip était blanc : voilà la vision d'horreur qu'eut Heihachi lorsqu'il s'éveilla avec deux dents en moins et une bosse de 0,83 cm sur son crâne chauve.
Toujours au sol, il tenta de se souvenir de ce qu'il s'était passé : une vieille folle qu'il avait tué, un ninja thailandais qui marchait sur des poutres, un poisson-éléphant des eaux du nord...
Ces images se mélangeaient dans son esprit sain et tordu, aussi décida-t-il de ne pas rester ici un instant de plus sous peine de se faire écraser par une voiture qui arrivait vitesse justement à cet instant.
Mais alors qu'il avait exécuté un superbe saut périlleux retourné arrière quadruple flip salto woudi woudi tralala tsoin tsoin, Heihachi vit le véhicule freiner et s'arrêter net près de sa cheville gauche ; un homme en descendit, chinois, cheveux noirs, insigne, flingue, chemise blanche, flic, chaussures de ville, tâche de sauce tomate sur son pantalon de velour marron avec des teintes violacées.
Il parla :

- Des passants ont dit avoir entendu des coups de feux par ici ! Alors prenez les témoignages et plus vite que ça !!

Douze autres personnes sortirent de la twingo berlingo et partirent de tous côtés, comme des limaces qu'on aurait lâché dans un champ de salade par un jour de canicule particulièrement friand.
Puis, regardant Heihachi dans le blanc du slip, le policier à la dégaine de chimpanzé mexicain s'avança tout en refaisant ses lacets à scratch :

- Hé toi, tu me paraît suspect avec tes moustaches ! Je ne suis pas raciste, mais tu vas devoir répondre à quelques questions subsidiaires si tu comptes pouvoir partir d'ici menottes aux poignets !

Le temps que le flic venu des montagnes rocheuses ait fini de dire sa longue et ennuyeuse phrase, notre héros aux pouvoirs exceptionnels était déjà parti en courant en direction du nord-est, et disparaissait au loin dans la pénombre du crépuscule lunaire.
Essoufflé, l'homme de la police ne parvint pas à faire un pas de plus et s'appuya à sa voiture banalisée pour reprendre son souffle :

- On se retrouvera, je te le promets !

Et il mangea des chips.