La grille se referma violemment.
Heihachi s'assit sur ce qui allait lui servir de lit, la tête penchée vers l'avant, abattu.
Il se prit la tête des deux mains, et se mit à réfléchir.
Qu'est-ce qu'il s'était passé ?
Comment avait-il pu laisser Ogueur se jeter par la fenêtre alors qu'elle venait tout juste d'être refaite ?
Pourquoi Ogueur avait-il un diplôme d'expert en trapèze volant ?
Qui étaient ces autres employés de la Mishima Corporation qu'il n'avait jamais vu ?
Tant de questions, si peu de réponses.
Heihachi se dit qu'il était temps de dormir, et que la nuit lui porterait conseil, même s'il n'était que 10h30 du matin.
Il était au-delà de ça.
Il s'allongea donc, et s'endormit.
Après une très longue sieste qui dura 7 minutes et 18 secondes top chrono, Jin réapparut derrière la grille de sa cellule avec un gardien ; il dit :
 
- C'est bon, tu es libre. J'ai réussi à convaincre le juge que Ogueur était doué pour le trapèze volant grâce à son diplôme, et que sa mort n'était qu'une mise en scène. En plus, nous étions au rez-de-chaussée, et nous n'avons jamais retrouvé le corps. L'affaire a été classée sans suite, tu peux donc sortir.
 
Heihachi sourit de ses plus belles moustaches, et se leva.
Ses vertèbres craquèrent, et il poussa un petit cri, s'avançant ensuite misérablement vers la sortie de sa geôle.
Accompagné de Jin, il retourna à son bureau où les dégâts avaient déjà été effacés.
Il pouvait se remettre immédiatement au travail, et s'assit donc dans son superbe fauteuil avant de prendre le premier dossier qui se trouvait sur son bureau, en haut d'une pile mesurant à vue de nez 16,23 cm.
Il se mit à le lire, calmement.
Par un hasard hasardeux, il s'agissait de l'enquête concernant cette météorite tombée dans le jardin des Ramon.
Ni une ni deux, Heihachi bondit d'une vitesse voluptueuse, prit sa veste et s'en alla.
Direction : chez les Ramon.
Les Ramon habitaient un manoir qui se trouvait un peu éloigné de la ville, sur une petite colline.
Leur jardin faisait à peu près 154 000 m², ce qui était bien pour faire du golf mais nul pour retrouver une météorite.
Arrivé en patins à roulettes, Heihachi sonna à la porte des Ramon.
Il était bien sûr ici incognito.
Une servante vint ouvrir.
Heihachi nota sur son calepin très beau qu'elle s'appelait Julia Chang et qu'elle habitait avec son mari dans un petit appartement à côté de chez lui.
Elle le fit ensuite entrer, et il se retrouva dans le salon où il attendit les maîtres des lieux.
Cette pièce était d'une beauté subversive, avec des vases en faïence, des tableaux en toile, des murs en béton armé, une cheminée en parfaite harmonie avec le reste, ainsi que des tapis, des sièges de grandes valeur et quelques magazines sur la consommation des truites dans les plats à base de soupe de légumes.
On lui apporta un cocktail pour patienter, et il le but vitesse.
Quelqu'un arriva ensuite : il s'agissait d'un ours d'à peu près deux mètres cinquante, couvert de poils bruns, plutôt gros et lourd et semblant particulièrement joyeux.
Il s'affala dans son canapé favori qui faisait face à Heihachi, et prit la parole en ces mots :
 
- Bonjour Monsieur, que puis-je pour vous en cette belle matinée de novembre ?
 
Heihachi nota sur son calepin que l'ours parlait un français correct.
 
- Eh bien, cher ami, j'ai ouï dire qu'un caillou géant semblant être une météorite se serait écrasé par mégarde dans votre vert jardin.
- C'est exact.
- J'aurai voulu analyser cette pierre, si cela ne vous offusqua point bien entendu.
- Mais je vous en prie voyons, je vais même vous accompagner jusqu'à elle.
 
Ils se levèrent dans une concordance médusée, et se dirigèrent ensuite vers l'arrière de la bâtisse d'un pas lent et lourd.
L'ours ouvrit la porte, et, chemin faisant, ils se dirigèrent tous deux vers la forêt.
Après plusieurs minutes de marche, il s'arrêta.
Heihachi lui demanda :
 
- Est-ce encore loin ?
- Non, c'est là, tout près... Hin-hin-hin...
 
Ce rire était étrange.
Sur ses gardes, Heihachi sortit son arme de service, un colt single action army .45, et s'apprêta à en faire usage.
De son côté, l'ours se retourna dans un geste rapide, et sortit de son sac à dos une sulfateuse à double injection rétro-tactile.
Le conflit est inévitable, et les balles commencèrent à fuser dans la prairie verdoyante.
Alors que Heihachi parvint à se protéger derrière un rocher pour recharger son arme, le plantigrade reprit la parole :
 
- Alors, tu veux toujours voir cette météorite, vieux croulant ? Tu sais, j'ai tous les ingrédients qu'il faut pour empêcher quiconque de s'en approcher ! Tu vas aller rejoindre les autres que j'ai enterré dans les environs !
 
C'était vraiment la merde.
Son arme rechargée, Heihachi ne savait pas vraiment quoi faire, il s'était mis dans un beau bordel.
Il réfléchit alors à la meilleure tactique à employer, et se souvint d'une attaque en roulade extérieure que lui avait enseigné son ami Mitchi, ce bon vieux Mitchi.
Il attendit un instant afin d'être prêt ; il sentait que l'ours se rapprochait, ce salopard.
Quand le moment lui parut opportun, il plongea sur la droite et, d'une roulade aussi magnifique que précise, tira 19 balles de calibre 11,43 mm spécial long rifle dans le bide de son adversaire.
Heihachi rata malgré tout son atterrissage et se retrouva assommé contre un arbre, alors que l'ours s'écroula dans un bruit sourd.
Le calme revint dans le jardin des Ramon, et les oiseaux se remirent à chanter alors que les deux ennemis ne se relevaient plus...